Accueil » 3 moyens de lutter contre le syndrome de l’imposteur

3 moyens de lutter contre le syndrome de l’imposteur

Par Jupiter Phaeton
Syndrome de l'imposteur

Tu attribues systématiquement tes succès à un élément externe ? Tu manques de confiance ? Tu fais te surinvestis ou tu fais preuve d’un perfectionnisme extrême ? Tu as peur de l’attention, comme si on allait se rendre compte que tu es un imposteur d’un instant à l’autre si on y regarde de trop près ? Tu as tendance à te dénigrer ? Hmm, ça sent le syndrome de l’imposteur à plein nez tout ça ! Passons en revue plusieurs points pour t’aider à comprendre ce qu’est le syndrome de l’imposteur et comment lutter contre !

  • Le sentiment d’imposture

  • Les conséquences du syndrome de l’imposteur

  • Comment lutter contre ? S’affirmer

  • Comment lutter contre ? Reconnaître ses compétences et réussites

  • Comment lutter contre ? Éviter les comparaisons et le faux regard de l’entourage

  • D’autres pistes

Le sentiment d’imposture

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce n’est pas qu’une question de comment tu te sens le syndrome de l’imposteur, c’est aussi une question de quelles conséquences est-ce que ça a sur tes projets. Bien sûr que c’est l’horreur de se sentir sans cesse illégitime, de guetter la moindre critique pour venir renforcer cette pensée que tu as mise dans ta tête qui dit que tu n’es pas à la hauteur et que quelqu’un va s’en rendre compte à tout instant.

Mais ça a d’autres conséquences, notamment sur tes projets et ton succès. En fait, tu as souvent une estime de soi fragile, tu doutes, tu es dans l’anxiété et même dans la honte (surtout quand tu as l’air de réussir), tu as donc ce sentiment d’imposture et d’illégitimité. Tu as du mal à demander de l’aide, parce que la personne qui t’aiderait se rendrait alors compte que tu n’es pas assez compétent pour la tâche (selon toi).

Tu crains le regard des autres, tu as du mal à reconnaître ta propre valeur. Un exemple ? Tu as du mal avec les compliments ou les retours positifs, tu dis souvent que ce n’est pas vrai quand on te fait un compliment, tu te dévalorises, tu attribues la réussite ou l’objet du compliment à de la chance. Ce n’est jamais grâce à toi et tes compétences, c’est toujours le fruit d’un événement extérieur.

Les conséquences du syndrome de l’imposteur

Et tout ça, tu te dis que c’est ok, que ça n’impacte pas ton travail ou la réussite de tes projets ? Eh bien il a été démontré qu’au contraire, cette croyance de l’imposture, elle t’amène à en faire toujours plus, parce que ça te paraît essentiel du fait que tu manques de compétences, et alors tu vas attribuer le mérite à la chance, ou à des événements extérieurs… ou d’en faire un peu moins que ce que tu pourrais, parce que ça t’amène alors à l’échec et ça renforce l’idée, dans ta tête, que tu es un imposteur, tu as eu ce que tu méritais.

Peu importe la voie que tu choisis, surinvestissement ou sous-investissement, tu vas interpréter le résultat comme quelque chose qui renforce ton sentiment d’imposteur. Si tu réussis, tu vas attribuer la responsabilité de la réussite à un événement extérieur. Si tu échoues, tu vas attribuer la responsabilité de l’échec à toi-même et oh comme c’est formidable, ça permet de renforcer ton sentiment d’imposture.

Ce qu’il faut bien que tu comprennes, c’est la manière dont fonctionne ton cerveau : tu es ce que tu penses. Quand tu te dis « je suis un imposteur », tu entres une commande dans ton cerveau et tout ce que ton cerveau veut dans la vie, c’est que tu aies raison, alors il va faire en sorte que tu sois un imposteur. J’ai vraiment caricaturé l’histoire pour ne pas entrer dans les détails, mais tu as compris l’idée : tu dis à ton cerveau que tu es nul ? Formidable ! Il va te donner tout faire pour renforcer cette idée et que tu aies raison en permanence, il va te donner tous les signes que tu recherches pour te prouver que tu as raison. C’est pareil pour le sentiment d’imposture.

Conséquences du Syndrome de l'imposteur

Comment lutter contre ? S’affirmer

Je sais, ça paraît gigantesque de s’affirmer, tu te dis « mais de quoi est-ce qu’elle me parle ? ». En fait, je veux te parler des affirmations. Comme je te le dis plus haut, ton cerveau est là pour accomplir ta pensée, ou ton affirmation. Si tu dis que tu es nul, il fait tout pour t’aider à être nul. Si tu lui dis, je suis bon (je schématise, il faut être plus précis que ça), il fait tout pour que tu sois bon. Je ne dis pas que juste répéter quelque chose en boucle, ou l’écrire, va suffire à te rendre meilleur, je dis juste que de le faire, va induire un tas de conséquences qui vont effectivement te rendre meilleur.

Si par exemple tu veux avoir une meilleure mémoire et que tu réalises que tout ce temps, tu te dis que tu n’as pas une bonne mémoire, parce que des amis se sont moqués de ta mémoire plusieurs fois, ou qu’avec le temps tu t’es répété que l’âge fait que tu n’as plus aussi bonne mémoire… eh bien tu as indiqué une commande dans ton cerveau qui fait qu’effectivement, tu as moins bonne mémoire qu’avant. Tu as probablement arrêté de faire des petits exercices stimulants pour aider ta mémoire, tu as arrêté d’écouter pleinement quand il y a quelque chose à retenir, tu as eu plein de petites actions qui ont eu pour conséquence que si regarde le résultat, oui, tu donnes l’impression d’avoir une moins bonne mémoire qu’avant. Mais si à partir d’aujourd’hui tu te répétais que tu as une bonne mémoire, tu donnerais pour ordre à ton cerveau de t’aider à avoir une bonne mémoire, et alors peut-être qu’il te proposerait d’acheter un carnet pour faire des exercices de mémoire, peut-être que la prochaine fois que tu seras dans une situation où tu veux te rappeler des détails, tu feras l’effort de les graver dans ton esprit…

L’idée est la même avec le syndrome de l’imposteur : cesser d’affirmer que tu es un imposteur. Tu peux trouver une affirmation qui indique que tu es légitime et la répéter à voix haute devant le miroir tous les jours, l’écrire dans un carnet tous les matins, ou même écouter des podcasts ou des bandes sons qui te répètent des affirmations de ce type. Je te conseille la lecture de Quoi dire lorsqu’on se parle, de Shad Helmstetter, qui t’aidera à comprendre le fonctionnement des affirmations et leur impact sur notre cerveau.

Comment lutter contre ? Reconnaître ses compétences et réussites

Je ne dis pas que demain tu vas commencer à t’applaudir et à te féliciter non-stop pour tout ce qui arrive dans ta vie. Je te propose de commencer par une approche modérée : reconnais tes accomplissements. Reconnais ce que tu as déjà réussi dans ta vie. Si tu t’apprêtes à dire « rien du tout », je te propose d’y réfléchir une seconde fois. Qu’est-ce que tu as accompli par toi-même ? Même des toutes petites choses sont tout à fait ok, je ne dis pas que tu dois t’attribuer des lauriers incroyables dès aujourd’hui.

Tu t’es préparé à manger et c’est bon ? Eh bien, c’est déjà un accomplissement, non ?

Tu as un animal de compagnie et il est en bonne santé ? C’est un accomplissement : tu sais t’en occuper.

Ton appartement ou ta maison est propre ? Nouvel accomplissement.

Reconnais d’abord les petites choses, prends cette habitude et petit à petit, tu pourras passer au niveau supérieur et reconnaître de plus grands accomplissements. Allez, prends cinq minutes, tourne la tête autour de toi, réfléchis à ce que tu as déjà accompli et reconnais que c’est grâce à toi. Non, ton appartement ne s’est pas magiquement nettoyé, tu y es pour quelque chose.

Eviter le Syndrome de l'imposteur en célébrant les victoires

Comment lutter contre ? Éviter les comparaisons

Se comparer est un mal qui a sévi de tous temps. On regarde les autres et on se dit qu’ils ont quelque chose en plus. Ils sont plus forts, plus beaux, plus à même de réussir, même leurs réussites sont plus grandes.

Se comparer, c’est le meilleur moyen de renforcer son syndrome de l’imposteur parce que devine quoi ? Il y aura toujours quelqu’un qui aura plus que toi, peu importe le domaine choisi. C’est donc le meilleur moyen de renforcer ton syndrome de l’imposteur, tu parviendras à trouver à chaque fois quelqu’un qui a fait mieux que toi, tu pourras alors te dire « ouh mais moi je ne suis pas aussi bon que ça » et hop tu continues d’entretenir la graine qui dit que tu n’es qu’un imposteur. J’en parle notamment dans mon article Pourquoi se comparer aux autres ?

Pour sortir de ce cercle, tu dois cesser de te comparer aux autres. Ne te compare qu’à toi-même, ne te compare qu’à ton ancien toi et observe les progrès que tu as accompli au cours des derniers mois, de la dernière année, des cinq dernières années.

D’autres pistes

Est-ce que tu es du genre à imaginer ce que les gens pensent de toi, disent de toi ou les analyses qu’ils pourraient faire de telle ou telle situation ? Hmm, oui ? Ce serait bien d’arrêter ! D’abord, tu n’es pas dans leur tête alors tu ne peux pas vraiment savoir ce qu’ils pensent. Ensuite, il y a de grandes chances qu’ils ne pensent pas à toi. Et enfin, est-ce que tu n’es pas juste en train de projeter des pensées qu’ils pourraient avoir, histoire de renforcer ton sentiment d’imposture ? Je crois bien que oui…

Évite aussi de pointer du doigt uniquement tes défauts et les petits manquements qui auraient rendu quelque chose parfait, vois les aspects positifs de ce que tu as réalisé, plutôt que de te concentrer sur un tout petit défaut.

Tu peux aussi t’entraîner à distinguer les faits de tes sentiments, parler de ce que tu ressens autour de toi pour être rassuré…

Articles similaires

Laisser un commentaire